Begonia crassicaulis

La plante a été découverte par Karl T. Hartweg, qui l’a envoyé à l’Horticultural Society mais aucune information complémentaire ne nous est parvenue, il semblerait, toutefois que ce soit à proximité d’une municipalité du nom de Chizec où la plante fut également trouvée par Louis O. Williams et Terua P. Williams. Le 20 septembre 2006, une équipe de botanistes composée de Rafael Ávila, Alfonso Quezada et Edson Cardona a retrouvé la plante en bordure de route à proximité de Malpais, près de Barillas, dans l’état de Huehuetenango au Guatemala

Elle a été décrite en 1842 par John Lindley (1799-1865) dans Edwards’s Botanical Register 28, misc. 22, planche 44.
L’épithète spécifique signifie « à tiges épaisses » et fait référence aux tiges succulents de la plante.
L’espèce fait partie de la section Gireoudia.

Cette espèce a un temps été cultivée aux USA avec le nom Begonia U178.
Begonia crassicaulis Warb décrit par Otto Warburg dans Die Natürlichen Pflanzenfamilien 3(6A), page 149 en 1894 est un synonyme de cette espèce, de même que Gireoudia crassicaulis (Lindl.) Klotzsch décrit en 1854 par Johann F. Klotzsch dans Bericht über die zur Bekanntmachung geeigneten Verhandlungen der Königlich Preussischen Akademie der Wissenschaften zu Berlin 1854, page 125.

C’est une plante épiphyte au rhizome épais et aux tiges charnues, les fleurs blanches ou rose pâle apparaissent avant les feuilles au début du printemps. Les feuilles vert-clair, fortement lobées sont caduques.

Cette espèce a été utilisée pour créer les cultivars : B. ‘Bayberry Lane’ créé par Joy B. Porter en 1987, B. ‘Bleeding Heart’ de John Clare (1995), B. ‘Magna Carta’ obtenu par Freda Holley en 2014, B. ‘Turnabout’ de John Clare (1994), B. ‘Upsy Daisy’ de Freda Holley (2015) et B. ‘Virginia Jens’ de Paul P. Lowe vers le début des années 2000.

Culture facile, appréciée par les amateurs de plantes à caudex ou de bonzaïs.
Multiplication par bouture de rhizomes ou semis. Au printemps, on peut tenter des boutures avec les jeunes feuilles pétiolées.
Je cultive cette espèce grâce à un semis de graines reçues de l’ABS.

The plant was discovered by Karl T. Hartweg, who sent it to the Horticultural Society but no further information came to us, it would seem, however, that it is near a municipality called Chizec where the plant was also found by Louis O. Williams and Terua P. Williams. On September 20, 2006, a team of botanists composed of Rafael Ávila, Alfonso Quezada and Edson Cardona found the plant on the roadside near Malpais, near Barillas, in the state of Huehuetenango in Guatemala
It was described in 1842 by John Lindley (1799-1865) in Edwards’ Botanical Register 28, misc. 22, plate 44.
The specific epithet means « thick stems » and refers to the succulent stems of the plant.
This species is part of the section Gireoudia.
This species was once cultivated in the USA with the name Begonia U178.
Begonia crassicaulis Warb described by Otto Warburg in Die Natürlichen Pflanzenfamilien 3 (6A), page 149 in 1894 is a synonym for this species, as is Gireoudia crassicaulis (Lindl.) Klotzsch described in 1854 by Johann F. Klotzsch in Bericht über die zur Bekanntmachung geeigneten Verhandlungen der Königlich Preussischen Akademie der Wissenschaften zu Berlin 1854, page 125.
It is an epiphytic plant with a thick rhizome and fleshy stems, white or pale pink flowers appear before the leaves in early spring. Light green, strongly lobed leaves are deciduous.
This species was used to create the cultivars: B. ‘Bayberry Lane’ created by Joy B. Porter in 1987, B. ‘Clinging Heart’ by John Clare (1995), B. ‘Magna Carta’ obtained by Freda Holley in 2014 , B. ‘Turnabout’ by John Clare (1994), B. ‘Upsy Daisy’ by Freda Holley (2015) and B. ‘Virginia Jens’ by Paul P. Lowe in the early 2000s.
Easy cultivation, appreciated by lovers of caudex plants or bonzaïs.
I grow this species thanks to a seedling of seeds received from ABS.
Multiplication by cuttings of rhizomes or seedlings. In spring, we can try cuttings with the young petiolate leaves.

Publicités

Begonia lindleyana

Espèce envoyée à la Horticultural Society par monsieur K. T. Hartweg  qui l’avait trouvée au Guatemala, et dénommée Begonia vitifolia par John Lindley dans Edwards’s Botanical Register 28, misc. 21 en 1842.

Wilhelm Gerhard Walpers, dans Repertorium Botanices Systematicae. 2 page 209 lui donnera le nom de Begonia lindleyana 1843, pour éviter, à l’époque, les confusions avec Begonia vitifolia Schott  ou Begonia vitifolia var. grandis A. DC. considéré par certains botanistes comme un synonyme de Begonia reniformis Dryand.
L’espèce fait partie de la section Gireoudia.
L’épithète spécifique rend hommage à John Lindley.

Plante faisant partie de ce que l’on appelle les « gros-bois ».
Herbe érigée, buissonnante, peu ramifiée.

 

Multiplication par semis ou boutures de tronçons de tiges.

Species sent to the Horticultural Society by Mr. K. T. Hartweg who had found it in Guatemala, and named Begonia vitifolia by John Lindley in Edwards’s Botanical Register 28, misc. 21 in 1842.
Wilhelm Gerhard Walpers, in Repertorium Botanices Systematicae. 2 page 209 to be known as Begonia vitifolia Schott (name invalide) or Begonia vitifolia var. grandis A. DC. synonym of Begonia reniformis Dryand.
A plant that is part of what are known as « gros-bois ».
Grass erect, bushy, little branched.
Multiplication by sowing or cutting stem sections.

 

Bibliographie et références :
Burt-Utley K. 1985. A revision of Central American species of Begonia section Gireoudia (Begoniaceae). Tulane Stud. Zool. Bot. 25(1): 1–131
G. Davidse, M. Sousa Sánchez, S. Knapp & F. Chiang Cabrera. 2015. Saururaceae a Zygophyllaceae. 2(3): v–xvii, 1–347. In G. Davidse, M. Sousa Sánchez, S. Knapp & F. Chiang Cabrera (eds.) Fl. Mesoamer.. Missouri Botanical Garden, St. Louis.
L.B. Smith & B. G. Schubert. 1961. Begoniaceae. En: P. C. Standley & L. O. Williams (eds.), Flora of Guatemala – Part VII, Number 1. Fieldiana, Bot. 24(7, no. 1): 157–185